Si je lui avais coupé les ailes
Il aurait été à moi
Il ne serait pas parti
Mais ainsi
Il n'aurait plus été un oiseau
Et moi....C'est l'oiseau que j'aimais.

L'homme qui plantait des arbres

Jean Giono

Contact

© 2018 par Lucie-Françoise Guillaumond

Créé avec Wix.com